top of page

10. La vente


Juda était le quatrième fils d'une famille nombreuse, gérant une importante entreprise d'élevage. Il n'était pas facile de travailler sous les ordres d'un père qui portait bien le nom qu'on lui avait donné : "trompeur". Il avait un jeune frère de 17 ans, Joseph, le favori de papa, qui était privilégié par papa mais détesté par ses autres frères pour son arrogance perçue.

Le jeune frère a été envoyé par son père pour retrouver les autres frères, qui gardaient leurs troupeaux près de Sichem, et leur faire un rapport sur leur situation. Les frères étaient jaloux de leur jeune frère et ont conspiré pour le tuer. "Ils se dirent l'un à l'autre : "Voici ce rêveur. Allons, tuons-le et jetons-le dans une des fosses. Nous dirons alors qu'un animal féroce l'a dévoré, et nous verrons ce qu'il adviendra de ses rêves." L'aîné, Ruben, a essayé d'empêcher les frères de tuer Joseph et a eu une idée. "Jetez-le dans une fosse." Les frères ont déchiré le manteau multicolore que papa avait donné à Joseph et l'ont jeté dans une fosse. Ruben voulait libérer Joseph plus tard. Et le ramener à papa.

Judah a eu une autre idée. Il a vu passer une caravane de commerçants en route pour l'Égypte. Il a dit, "il n'y a aucun profit à faire si on le tue. Vendons-le !" Ils le sortirent de la fosse et le vendirent aux commerçants pour 20 shekels d'argent. Les marchands l'ont emmené en Égypte pour le vendre comme esclave. Tu peux lire cette histoire dans la Genèse 38.


Juda a également eu des problèmes pendant son mariage. Il a quitté la maison de son père pour épouser une fille de Canaan, une fille qui n'était pas de sa confession, ce que Dieu avait interdit. Il a perdu son fils aîné parce que le garçon était très pécheur. Juda a également eu des problèmes avec son deuxième fils, qui ne voulait pas lui obéir, et il l'a donc perdu aussi. Une fois, il pensait partager son lit avec une prostituée, mais il s'agissait en fait de sa belle-fille, Tamar. Sa famille n'était que misère.


Au fil des ans, la famille de Juda prospère. Cependant, une grave famine frappe le pays d'Israël. Dieu était avec Joseph, le frère de Juda, en Égypte, élevant Joseph à une place de pouvoir qui n'était dépassée que par celle du pharaon lui-même (Genèse 41:39-40). Joseph avait interprété le rêve du roi qui annonçait une famine, et Pharaon l'avait chargé de récolter du grain pour le stocker en prévision des années de disette. Sous la supervision de Joseph, une grande quantité de grain a été mise de côté (verset 49). Lorsque la grande famine s'abattit sur le pays, elle toucha même Canaan. Juda et ses frères ont voyagé de Canaan en Égypte pour acheter une partie du surplus de nourriture.

En Égypte, Joseph a reconnu les frères, mais ceux-ci ne l'ont pas reconnu, étant devenu un haut fonctionnaire égyptien.

Les frères furent accusés d'être des espions, et Benjamin fut accusé d'un crime imaginaire et réclamé comme esclave en guise de récompense. Lorsqu'ils furent libérés, ils achetèrent le grain dont la famille avait besoin et entreprirent de retourner chez eux, à Canaan. À leur grand étonnement, ils ont découvert que l'argent qu'ils avaient payé pour le grain avait été remis dans les sacoches de l'âne !

Lors de leur retour en Égypte, Juda s'est converti ; il a confessé sa culpabilité à Joseph et a reçu le pardon de Joseph pour tous les méfaits que lui et ses frères avaient commis.


Il fait preuve d'une compassion inattendue en racontant l'expérience déchirante de la famine dans la famille, l'amour éternel de son père pour Benjamin et la promesse faite par Juda à son père de ramener Benjamin à la maison, de peur que Jacob ne meure littéralement de chagrin. Puis, dans une ultime expression de compassion, Juda propose de se substituer à Benjamin ! Il a proposé qu'il soit retenu en Égypte pour le reste de sa vie en tant qu'esclave du gouverneur si seulement le gouverneur laissait Benjamin retourner chez lui auprès de son père. Vous pouvez lire ceci dans la Genèse 43 - 45.


Voyant le changement en Juda, Joseph a pu bénir la famille comme Dieu le voulait. Dieu peut facilement accorder ses bénédictions à des personnes imparfaites, mais nous devons être prêts à changer nos habitudes, à nous repentir de nos méfaits.


Joseph a envoyé Juda sur son chemin avec une nouvelle commission. Pharaon dit à Joseph : "Dis à tes frères : "Fais ceci : Chargez vos bêtes, retournez au pays de Canaan et ramenez-moi votre père et vos familles. Je vous donnerai le meilleur du pays d'Égypte et vous pourrez jouir de la graisse du pays.'" (Gen. 45:17-18). De plus, Joseph a donné à ses frères des cadeaux pour leur père : dix ânes chargés des meilleures choses d'Égypte, et dix ânesses chargées de céréales, de pain et d'autres provisions pour son voyage. (Gen. 45:23)

De même, lorsque Dieu nous envoie sur notre chemin avec une nouvelle mission, il nous fournit aussi généreusement tout ce dont nous avons besoin pour accomplir la tâche qu'il nous a confiée !


Dieu a choisi Juda et ses descendants pour qu'ils occupent une place spéciale dans son plan à travers les âges. La prophétie que Dieu a donnée à Jacob à la fin de sa vie concernant les descendants de ses fils révèle une bénédiction spéciale pour la tribu de Juda. De sa descendance est né David et, finalement, Jésus qui est appelé "le Lion de Juda". (Apocalypse 5:5)

Dans la Bible, Joseph est considéré comme un type du Christ. Tous deux étaient des fils bien-aimés, tous deux ont été rejetés, tentés, et finalement exaltés.

Beaucoup plus tard, l'histoire s'est répétée. L'homonyme de Juda - Judas - a fait un peu mieux dans sa vente. Juda n'a obtenu que 20 pièces d'argent pour la vente. Le prix courant pour un esclave était de 30. Judas en a obtenu 30. Dans le cas de Joseph, c'est un frère qui l'a vendu ; dans le cas du Christ, c'est son propre ami en qui il avait confiance. Dans les deux cas, c'est la convoitise qui a poussé le traître à accomplir le sombre acte de trahison.

Trahison ?

En lisant la Bible, il m'arrive de m'identifier à la vie ou au comportement d'un personnage biblique spécifique : David, Moïse, Joseph, Paul - des héros de la foi. Parfois, je m'identifie à leurs bonnes qualités, parfois à leurs mauvaises. Cependant, jusqu'à ce que je sois interpellé un jour, Judas n'a jamais été l'un d'entre eux. Pourtant, en y réfléchissant, j'ai découvert qu'il y a plus de Judas et de Juda en moi que je ne voudrais jamais l'admettre.

Alors que je participais à une conférence, l'un des principaux orateurs a fait un commentaire en passant dans sa présentation qui m'a fait froid dans le dos. L'orateur a dit : "Judas a trahi Jésus pour de l'argent".

Pour la première fois de toute ma vie, je me suis retrouvé à m'identifier douloureusement à Judas, le traître. Je me suis demandé : "Ma vie ou mon comportement ont-ils déjà livré Jésus pour qu'il soit raillé ou ridiculisé par un autre à cause de ma vie hypocrite, incontrôlée et égocentrique ?".


Dans les affaires, j'ai, à ma grande honte, fait des choses qui n'ont pas fait honneur à Dieu, à cause d'un besoin plus urgent d'argent, et j'ai été un traître à Dieu. Je déteste penser à ce que les autres penseraient du Jésus que je sers. Aucun d'entre nous n'aimerait se considérer comme un traître au Christ. Mais réfléchissez-y. Avez-vous déjà manqué de cohérence dans un devoir ou une obligation envers Christ parce que sa volonté et la vôtre ne s'accordaient pas ? Avez-vous déjà abandonné ses affaires pour les vôtres parce que les vôtres semblaient plus rentables ? Avez-vous déjà manqué à votre devoir envers lui dans vos relations financières avec d'autres personnes ? Ces questions qui donnent à réfléchir peuvent vous faire penser à des cas où vous avez effectivement été un traître envers lui.


Échouer en avant


Juda a échoué en avant et a bien fini.


Aller de l'avant signifie se repentir lorsque nous avons fait quelque chose de mal et demander le pardon. Comme Juda a été pardonné, nous le sommes aussi lorsque nous confessons nos péchés.


Aller de l'avant signifie prendre des responsabilités, comme Juda l'a fait avec Benjamin. Il a mis sa vie en jeu afin de libérer Benjamin.


Aller de l'avant, c'est faire passer les gens avant le profit !


Aller de l'avant, c'est faire confiance au Seigneur en temps de famine ou de grande nécessité. Ses provisions peuvent être surprenantes, comme Juda l'a découvert.


Ceci est le dernier d'une série de dix exemples tirés de l'Ancien Testament.


Peter J. Briscoe




2 vues0 commentaire
bottom of page