top of page

6. Les choix : Finances ou famille ? Prospérité ou promesse ?

Nous sommes tous confrontés à des moments décisifs dans notre vie, qui ont des conséquences importantes. Il y a des minutes au cours desquelles le destin est déterminé, alors que l'on prend telle ou telle route à un carrefour de la vie.

C'est à cette époque que nous faisons des choix dont dépendent nos vies futures.

Deux routes divergent dans un bois, et je.., j'ai choisi le chemin le moins fréquenté. Et cela a fait toute la différence.

Ces mots immortels de Robert Frost dans son poème The Road Less Travelled auraient pu être tirés directement de Genèse 13. Dans ce chapitre, nous avons deux hommes et une bifurcation sur la route. Ces deux hommes ont parcouru ensemble une route longue et poussiéreuse, et choisissent maintenant de prendre des chemins séparés. L'un a choisi la route bien fréquentée qui mène aux villes de Zoar. L'autre s'est dirigé vers la campagne solitaire de Canaan. Le premier finit par perdre ses biens et sa famille. L'autre réalise la promesse et la bénédiction de Dieu. Quelle était la différence ? Tout est dans les chemins qu'ils ont choisi de parcourir.

Les deux hommes sont, bien sûr, Abram et Lot. Ils ont voyagé ensemble depuis Ur. Ils sont allés à Haran ensemble. Ils ont quitté ensemble les "marmites de l'Égypte" et sont arrivés ensemble à Canaan, où les deux hommes ont dû faire des choix.


La finance ou la famille ?


Genèse 13:6-7. Le pays ne pouvait pas les faire vivre, pour qu'ils puissent habiter ensemble, car leurs biens étaient si grands qu'ils ne pouvaient pas habiter ensemble. Et il y eut des querelles entre les bergers du bétail d'Abram et les bergers du bétail de Lot. Les Cananéens et les Phéréziens habitaient alors le pays.


Les terres autour de Béthel et d'Aï ne contenaient pas assez d'eau et de végétation pour nourrir tous les animaux qu'ils avaient. La situation devenait si mauvaise que les bergers commençaient même à se disputer entre eux ; et lorsque des alliés se disputent, des ennemis comme les Cananéens et les Phéréziens le remarquent. Abram et Lot réalisent que plutôt que de se battre l'un contre l'autre, il serait préférable pour eux de prendre des chemins séparés. Voici le choix d'Abram. Dieu lui a promis toute la terre. Il n'en a pas encore fait l'acquisition, mais afin de maintenir la paix avec son neveu, Abram va devoir laisser Lot vivre sur le territoire.

C'est le premier choix. C'est un choix entre les finances ou la famille. L'argent, la terre et ce qui lui appartient sont-ils plus importants que sa famille ? Est-il prêt à renoncer à ses finances au profit de sa famille ? Va-t-il continuer à subvenir aux besoins de sa famille ou non ? Abram veut bien sûr subvenir aux besoins de Lot. Abram décide que même si toute la terre lui a été promise, il va laisser Lot y rester.

Abram a fait de Lot une priorité. Il a décidé de sacrifier une partie de sa propre terre qui lui avait été promise par Dieu et d'en donner une partie à Lot pour ses propres troupeaux. Abram ne voulait pas que sa richesse soit source de frictions et de conflits dans sa famille.


Abram dit à Lot : " Qu'il n'y ait pas de querelle entre toi et moi, entre mes bergers et tes bergers, car nous sommes frères. Le pays tout entier n'est-il pas devant toi ? S'il te plaît, sépare-toi de moi. Si tu prends la gauche, j'irai à droite ; ou bien, si tu vas à droite, j'irai à gauche." (Genèse 13:8-9)

Prospérité ou promesse ?

Il choisit ce qui, à première vue, semblait être le meilleur "Lot leva les yeux et vit que la vallée du Jourdain était partout bien arrosée, comme le jardin de l'Éternel, comme le pays d'Égypte, dans la direction de Zoar." (Genèse 13:10)

Il a choisi la prospérité plutôt que la promesse de Dieu. Zoar était une ville située à l'extrémité sud-est de la mer Morte, regroupée avec Sodome et Gomorrhe ; à l'époque, elle ressemblait au jardin d'Eden, mais comme le jardin originel, elle est devenue un lieu de désobéissance. Cela semblait être le meilleur choix... mais ce n'était pas le meilleur choix de Dieu.

Après qu'ils se soient séparés, Dieu a confirmé sa promesse à Abram : "Tout le pays que tu vois, je te le donnerai à toi et à ta descendance pour toujours."


Échouer en avant

Echouer en avant, c'est ne pas chercher d'abord ce qui est le plus avantageux pour soi. Lot a abandonné les bonnes choses que Dieu lui avait offertes pour choisir quelque chose qui, à première vue, semblait meilleur. Mais si elle était attrayante en surface, sous ses apparences, c'était un lieu de péché et de rébellion.

Ne pas aller de l'avant signifie regarder vers le Seigneur lorsqu'on fait des choix et non vers "la terre".

L'homme qui ne tient pas compte du dessein de Dieu et de l'appel de Dieu pour nous n'est jamais sage et ne parvient jamais à la vraie prospérité. L'homme qui prend ses décisions sur la seule base de l'avantage mondain n'est jamais sûr et jamais en sécurité. La sagesse de ce monde est une folie pour Dieu.

Aller de l'avant signifie avoir une perspective éternelle, et non terrestreReligieux et fou d'argent. Plus nous pouvons voir clairement les plans éternels de Dieu, meilleurs sont les choix que nous pouvons faire aujourd'hui.


Vivre à la lumière de l'éternité nous rendra plus efficaces et plus fructueux pour le Christ dans ce monde. J'aime cette citation de C.S. Lewis tirée de son livre "Mere Christianity".

"Si vous lisez l'histoire, vous constaterez que les chrétiens qui ont le plus fait pour le monde actuel étaient justement ceux qui pensaient le plus au prochain... C'est parce que les chrétiens ont largement cessé de penser à l'autre monde qu'ils sont devenus si inefficaces dans celui-ci. Visez le Ciel et vous obtiendrez la terre, visez la terre et vous n'obtiendrez ni l'un ni l'autre".




La prochaine fois : Le Prophète qui voulait du profit !







7 vues0 commentaire
bottom of page