top of page

5. Les fauchés et les frustrés


Jésus nous a invités à plusieurs reprises à " venir " ! " Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et qui portez de lourds fardeaux ; Laissez les enfants venir à moi... Venez après moi et je ferai de vous des pêcheurs d'hommes... Venez à moi et je ne vous chasserai jamais ; je suis le Pain de Vie ; celui qui vient à moi n'aura pas faim... ".


Quelle merveilleuse série d'invitations ! Il y a un autre "Viens" qui, pour moi, est une belle expression de l'économie du Royaume. On le trouve dans Esaïe 55,1-2.


" Ho ! tous ceux qui ont soif,

Venez aux eaux ;

Et vous qui n'avez pas d'argent,

Venez, achetez et mangez.

Oui, venez, achetez du vin et du lait

Sans argent et sans prix.

Pourquoi dépensez-vous de l'argent pour ce qui n'est pas du pain,

Et votre salaire pour ce qui ne satisfait pas ?

Écoutez-moi bien, et mangez ce qui est bon,

Et que ton âme se complaise dans l'abondance."


Il y a deux sortes de personnes qui sont invitées. Les personnes qui souffrent du manque d'argent et celles qui souffrent parce qu'elles ont dépensé leur argent sans être satisfaites.


Les premières personnes sont fauchées ; elles n'ont pas d'argent et ont faim et soif. Elles sont pauvres. Ils souffrent et la vie n'a pas été tendre avec eux. Le Seigneur leur dit : " Viens ! Vous êtes exactement le candidat que je recherche : Venez, vous tous qui avez soif et qui n'avez pas d'argent - pas de ressources, pas de position de négociation, pas d'antécédents, pas de pouvoir, pas de prestige, peu d'espoir et au bout du rouleau. Dieu vous invite à profiter du banquet de ses provisions.


Les secondes personnes ne sont pas fauchées, mais frustrées. Ils ont de l'argent et peuvent le dépenser pour ce qu'ils veulent. Cependant, ils regardent en arrière ce à quoi ils ont dépensé leur argent et concluent que leurs achats n'ont pas apporté ce qu'ils recherchaient et qu'ils sont insatisfaits. Il n'est pas comme l'autre - au bout du rouleau. Il continue à dépenser et à travailler, à rêver, à courir après, à chercher, à expérimenter - un autre travail, une autre ville, une autre voiture, une autre maison, une autre femme, un nouvel ordinateur, un nouveau bateau, de nouveaux livres, un nouveau vélo, un nouveau gril, de nouveaux abonnements, un nouveau régime, un nouveau look...


Ainsi, deux types de personnes sont invitées par le Seigneur : les assoiffés qui sont fauchés et ne peuvent pas payer, et les assoiffés qui pensent pouvoir payer et travailler pour obtenir satisfaction.

Je pense que la plupart des personnes qui lisent ces lignes devraient admettre qu'elles font partie de l'un de ces deux groupes, si elles sont honnêtes avec elles-mêmes.


Les avantages

L'offre est de pouvoir boire aux eaux, d'acheter du vin et du lait, même si vous n'avez pas d'argent ! Ces trois boissons correspondent à des besoins profonds que chacun d'entre nous a.

L'eau correspond au besoin de se rafraîchir. Lorsque vous êtes le plus assoiffé et le plus désespéré, le plus déshydraté, c'est de l'eau que vous voulez, et rien d'autre.

Le lait correspond au besoin de se nourrir en permanence. Lorsque quelqu'un halète, vous lui donnez de l'eau. Mais quand on veut qu'un petit bébé grandisse jour après jour, on lui donne du lait, encore et encore.

Le vin correspond à la joie et à l'abondance. C'est un luxe et le Seigneur veut que nous profitions de toutes les bonnes choses de la vie qu'il veut nous donner .

Le Seigneur nous rencontre dans le désert avec le miracle de son eau ; il nous rend forts, sains et stables avec le miracle de son lait ; puis il nous donne une joie infinie et toujours fraîche avec le miracle de son vin.

Les commentateurs juifs Hitzig et Knobel entendent par eau, vin et lait, les riches bénédictions matérielles qui attendaient les exilés à leur retour dans leur patrie, alors qu'ils payaient maintenant un tribut et rendaient des services à Babylone sans rien recevoir en retour. Mais le prophète Ésaïe connaissait quelque chose de plus élevé que l'eau naturelle ou le vin naturel. Il connaissait un manger et un boire qui allaient au-delà de la simple jouissance matérielle.

Plus important encore, lorsque nous répondons à l'invitation à "venir", nous rencontrons le Seigneur lui-même, avec toutes les bénédictions spirituelles qu'il veut nous accorder. Le pardon, la restauration, l'épanouissement et la joie. "Tu me montreras le chemin de la vie ; En ta présence, la joie est complète ; A ta droite, les plaisirs sont éternels." (Psaume 16:11)

Vous pouvez acheter cela - sans argent ! Les meilleures choses de la vie sont gratuites !


Échouer en avant


Aller de l'avant signifie "venir" au Seigneur avec notre impuissance et nos frustrations.

Ceux qui n'ont pas d'argent doivent venir au Seigneur et lui faire confiance pour qu'il fournisse tout ce dont nous avons besoin. "Les pas de l'homme de bien sont dirigés par l'Éternel, Et il se plaît dans sa voie. S'il tombe, il ne sera pas terrassé, Car l'Éternel le soutient de sa main. J'ai été jeune, et maintenant je suis vieux ; Mais je n'ai pas vu le juste abandonné, Ni ses descendants mendiant leur pain." (Psaume 37:23-25)


Ceux qui ont de l'argent devraient évaluer leurs dépenses, dans la prière, avec le Seigneur et établir un plan de dépenses, selon Ses voies. ""Prenez donc garde à la manière dont vous vivez - non pas comme des imprudents, mais comme des sages, tirant parti de toute occasion, car les jours sont mauvais."" (Éphésiens 5:25)


Tous doivent "m'écouter attentivement et manger ce qui est bon". Ils doivent écouter la Parole de Dieu, étudier ce que la Bible a à dire sur la gestion de vos finances et être obéissants à ses voies.


Pour ne pas aller de l'avant, il faut apprendre à connaître le fonctionnement de l'économie de Dieu.

Lisez mon livre "The Flow" qui explique de nombreuses caractéristiques de l'économie du Royaume et les compare avec l'économie du monde.



2 vues0 commentaire
bottom of page