top of page

3. Le couple corrompu... les problèmes de pouvoir et de possessions...

Elle est la Lady Macbeth de l'histoire hébraïque. Probablement le personnage féminin le plus puissant de la Bible. Dans notre esprit, elle est l'exemple ultime de la femme diabolique. Shakespeare fait prier Lady Macbeth : "Venez, esprits qui vous occupez des pensées mortelles... remplissez-moi de la couronne aux orteils, de la plus grande cruauté".

Cela aurait pu être la prière de Jézabel, épouse du roi Achab, promotrice du culte des faux dieux, qui harcelait et tuait les prophètes de Dieu, et s'arrangeait pour qu'un homme d'affaires innocent soit faussement accusé et exécuté pour des raisons économiques.

Elle possédait une force de caractère, une intelligence et une volonté extraordinaires, non retenues par la conscience, et a utilisé ses talents pour l'avancement du mal. La tragédie de Naboth et de sa vigne décrit à quel point elle était mauvaise.


Naboth possédait une vigne à Jizreel, qui était dans la famille depuis des années. Il se trouve qu'il était juste à côté du palais du roi Achab. Achab voulait la vigne pour agrandir son palais avec des jardins potagers. Il a fait ce qui semblait, à première vue, être une proposition très raisonnable.


Cède-moi ta vigne, pour que j'en fasse un jardin potager, car elle est tout près de ma maison. Je te donnerai à la place une vigne meilleure; ou, si cela te convient, je te paierai la valeur en argent.” (1 Rois 21:2)


La production de vin à l'époque de Naboth était une affaire importante. Le vin était un composant majeur des fournitures militaires et était très demandé. Je ne peux pas imaginer qu'Achab ait voulu détruire les vignes et planter des légumes à la place. Je pense qu'il voulait profiter du commerce du vin, étendre les vignobles, avec l'excuse d'avoir besoin de cultiver des légumes pour le palais. Les vignobles entraient dans la catégorie des propriétés privées et nécessitaient d'importants investissements en ressources. Le théologien suisse Philippe Guillame suggère que "Naboth aurait été aussi riche que le roi, "nouveau riche" en quelque sorte, et son refus de vendre aurait été un affront au roi".


Naboth pouvait vendre sa vigne s'il le voulait, mais il a réalisé qu'il n'était qu'un intendant de la propriété, prenant soin de la terre et la protégeant pour la prochaine génération. Il a réalisé qu'il n'était qu'une chaîne dans le maillon de la bénédiction de Dieu pour sa famille. Il a refusé l'offre du roi en s'appuyant sur le fait que, selon la Bible, il était interdit au roi d'acheter l'héritage du peuple. (Ézéchiel 46:18, Nombres 36:7).

Il a dit : "Pas de marché !" Pour Naboth, l'obéissance à la parole de Dieu était plus importante que l'argent !


Mais Naboth répondit à Achab: Que l'Eternel me garde de te donner l'héritage de mes pères! (1 Rois 21:3)


Achab rentra chez lui, furieux et déprimé par le rejet de Naboth, et s'allongea sur son lit, boudant après n'avoir pas obtenu ce qu'il voulait. J'aimerais que l'histoire s'arrête là, mais sa femme Jézabel est entrée dans la chambre et lui a demandé pourquoi il était si déprimé. Naboth aurait pu en rester là, et s'il était un homme mûr, croyant aux Écritures, il aurait dû passer à autre chose.


Cependant, nous lisons à propos d'Achab : "Il n'y a eu personne qui se soit vendu pour faire ce qui est mauvais aux yeux de l'Éternel comme Achab, que Jézabel, sa femme, a incité." (1 Rois 21:27)


Jézabel lui dit : "Tu gouvernes maintenant Israël ? Lève-toi, mange du pain et que ton cœur s'égaye ; je te donnerai la vigne de Naboth, le Jizréélite. " (1 Rois 21:7) Elle entreprit d'écrire à tous les chefs de Jezréel, avec l'autorité du roi, pour les inviter à un banquet dont Naboth serait l'invité d'honneur. Elle a payé deux invités corrompus pour qu'ils accusent Naboth de maudire Dieu et le roi, demandant que Naboth soit lapidé à mort. Ils ont pris l'argent, ont fait ce qu'on leur a dit et Achab a repris le vignoble de Naboth.

Élie a entendu parler de la tragédie et Dieu l'a envoyé à Achab avec une prophétie d'une mort horrible pour lui-même, ses enfants et sa femme, "parce que tu t'es vendu pour faire le mal aux yeux de l'Éternel." (1 Rois 21:20)


Nous nous vendons trop souvent sur l'autel des ambitions et du matérialisme. Je me souviens qu'en tant que jeune PDG d'une entreprise chimique, à l'âge de 30 ans, j'étais un succès dans les affaires mais un échec dans la vie. Mon succès s'accompagnait d'un lourd tribut, de tensions conjugales, de problèmes de santé et d'un manque de foi en Dieu. A cette époque, une question pénétrante de Jésus m'est parvenue. "Et toi, que gagnes-tu, si tu gagnes le monde entier et que tu perdes ton âme ? Y a-t-il quelque chose qui vaille plus que ton âme ? " (Matthieu 24:16). Ce fut un signal d'alarme pour choisir les bonnes priorités, pour me concentrer sur Dieu et ma famille et réévaluer mes ambitions.


Achab et Jézabel se sont vendus et ont choisi le pouvoir et les possessions plutôt que Dieu.


Ne pas aller de l'avant


Pour Achab, aller de l'avant signifierait obéir à la Parole de Dieu, même lorsqu'on nous propose ce qui semble être une bonne affaire financière, mais qui nous éloigne de sa volonté révélée. Cela signifierait respecter la propriété des autres, et même se réjouir de leur réussite.

Pour Achab, aller de l'avant signifierait diriger sa femme, l'encourager à suivre les voies de Dieu.


Pour Achab, aller de l'avant signifierait dompter son ambition égoïste. Vouloir développer et faire croître son entreprise ou faire progresser sa carrière est, bien sûr, une bonne chose. Cependant, cela ne doit jamais se faire au détriment des gens. Être ambitieux, au sens mondain du terme, c'est essentiellement être déterminé à avoir plus que son voisin.

Réalisez que la promotion et l'avancement viennent du Seigneur et non de nos efforts de manipulation.

"La richesse et l'honneur viennent de toi seul, car tu domines sur tout. La puissance et le pouvoir sont dans ta main, et c'est à ta discrétion que les gens sont rendus grands et qu'on leur donne de la force. " (1 Chroniques 29;12)


Achab était maudit par un désir indiscipliné d'en avoir plus. Aller de l'avant signifierait répondre à la question, avec Dieu : "Combien suffit-il à mes besoins en ce moment pour les responsabilités que j'ai ?" Répondre à cette question apporte contentement, repos et paix.

Ne pas avancer signifierait reconnaître sa convoitise, en faisant confiance au Seigneur pour sa provision.


Naboth a été manipulé par Jézabel d'une manière terrible. Pour lui, aller de l'avant signifierait apprendre à faire passer les gens avant les biens. Une application du commandement "Tu ne tueras pas" signifie respecter la vie - rechercher le meilleur pour son prochain, promouvoir son bien-être et l'aimer "comme soi-même".


Jézabel dominait son mari, et Achab était comme une marionnette dans les mains de sa femme dominatrice.

Ne pas avancer pour Jézabel signifierait ne pas suivre les rôles bibliques pour les maris et les femmes. Éphésiens 5:33 dit que "la femme doit respecter son mari", ce qui signifie valoriser leur rôle de chef, l'encourager gentiment à suivre les voies de Dieu et l'aider à être un homme de Dieu.


Leur fin a été tragique, ils n'ont pas voulu suivre le Seigneur, mais ont choisi de se vendre au pouvoir du matérialisme et de l'argent.


La prochaine fois : Le "fauteur de troubles"...

3 vues0 commentaire
bottom of page